Café Constant, le bistrot de Christian Constant

Il y a tout juste un mois je changeais de dizaine. Pour ma dernière soirée dans la vingtaine j’ai voulu marquer le coup. C’était également le moment de fêter mon anniversaire avec mes parents. Je voulais un lieu avec de la très bonne cuisine mais sans y laisser un bras. Mon choix s’est donc arrêté sur le bistrot du chef Christian Constant, le Café Constant.

D’ailleurs avant d’arriver au restaurant, nous avons croisé le chef qui prenait son scooter. Sûrement après avoir fait le tour de ses 3 restaurants (le Violon d’Ingre, les Cocottes et le Café Constant) avant le début de la soirée. Ils sont quasiment les uns à côté des autres dans la rue Sainte Dominique.

LA DÉCO :

Pour cette adresse, il a repris un café bistro du quartier. La décoration est donc typiquement parisienne, avec son comptoir en zinc, de la mosaïque au sol…

Il n’y avait plus de place au rez de chaussé, nous sommes donc monté à l’étage. C’était assez vide quand nous sommes arrivés mais ça s’est rapidement rempli. Il faut dire que le service est continu et sans réservation. Le mieux est d’arriver au bon moment pour être sûr d’avoir une place. Nous avions d’ailleurs anticipé ce point en venant tôt.

LE MENU :

Vous avez le choix entre des plats à la carte, des sélections du chef ou un menu (entrée + plat +dessert) parmi la carte.

Avant de venir, j’avais déjà repéré deux-trois choses que j’avais envie de tester. Et comme mes parents m’ont appris à goûter à tout nous avons pris à chaque fois différents plats pour pouvoir en profiter encore plus 😉 Et puis quand des classiques de la cuisine françaises sont fait avec de bons produits et un savoir-faire, on ne peut que se régaler !

Pour commencer ce repas (de fête), nous avons pris en entrées :

  • Un effiloché de crabe avec des pommes Ratte en salade : à la fois frais avec le crabe et la salade, fondant avec les pommes de terre et croquant avec les petits croûtons;
  • Un œuf mollet pané et de la piperade basquaise : le petit plaisir de voir l’œuf coulé quand on le tranche… ;
  • Une terrine de kakos et foie gras accompagnée de lentilles : un mariage qui fonctionne toujours.

 

Ensuite, pour les plats nous avons mangé :

  • De la joue de bœuf cuisinée façon daube : la viande avait mijoté pendant de longues heures, ça fondait en bouche;
  • Du parmentier de cuisses de canard : petit hommage au Sud Ouest du chef, donc forcément il n’y a rien à redire;
  • De la tête de veau, langue et cervelle snackées, pomme vapeur et sauce gribiche : pas forcément du goût de tout le monde mais très appréciées par les amateurs d’abats.

Et pour finir, il nous restait encore un peu de place pour le dessert (et perso je ne me suis pas faite priée) :

  • Un baba au vieux rhum : le rhum est versé au dernier moment dans l’assiette et la chantilly à la vanille est à tomber;
  • Des profiteroles maison : THE dessert des gourmands, il n’en restait plus une miette à la fin;
  • Une tarte fine à l’abricot : pour finir en légèreté.

LE SERVICE :

Le restaurant est très prisé des touristes. Du coup nous étions pratiquement les seuls français. Notre serveur était content de pouvoir parler un peu français avec nous.

Il nous est d’ailleurs arrivé une petite anecdote sympa. Après son entrée et son plat, ma maman a préféré ne pas prendre de dessert. Mais je pense que notre serveur a vu la gourmande qui se cachait en elle. Il lui a apporté à elle aussi une cuillère pour les desserts pour qu’elle puisse goûter les nôtres. Enfin ça c’est ce que l’on pensait. En fait le serveur lui a offert la part de tarte à l’abricot. Un peu gênée au début elle a quand même terminé sa tarte (en nous laissant néanmoins la glace vanille).

Cette petite attention a été très appréciée. Peut-être que nos quelques blagues/échanges avec le serveur lui ont plus et qu’il a voulu nous remercier à sa façon.

LE PRIX :

Le menu est à 36€ le soir. Un prix plus que raisonnable vu la qualité des assiettes. Sinon vous pouvez choisir les plats à la carte à 18 € ou les suggestions du chef entre 18 et 29€ le plat.

Pour l’heure du déjeuner en semaine, c’est un menu à l’ardoise. Avec le choix entrée/plat ou plat/dessert pour 18€ ou le menu complet à 26€. Un très bon rapport qualité/prix pour le quartier, c’est donc évidement pris d’assaut le midi.

Je pense que vous l’aurez compris j’ai passé une excellente soirée. La dégustation de ces plats nous a tous les 3 ravis. J’étais très contente de découvrir et profiter de cette adresse avec mes parents. Nous ne faisons que très rarement des restaurants ensemble à Paris. Et comme, c’est un peu grâce à eux que je suis là et que j’ai développé cette curiosité pour les bonnes choses, aussi bien pour la cuisine que pour cette belle ville de Paris. C’était ma manière à moi de les remercier pour tout ça !

C’EST OÙ ?

Café Constant 
139 Rue Saint-Dominique (Paris 7e)
M° Ecole Militaire ou Invalides

Ouvert tous les jours
Le petit déjeuner de 7h (8h le dimanche)à 11h 
Service continu de 12h à 23h 

Aucune de réservation possible 

Plus d'info sur : www.maisonconstant.com

Si vous deviez choisir un restaurant pour votre anniversaire, vous iriez où ?

One thought on “Café Constant, le bistrot de Christian Constant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *